Etapes d'un livre - PIERRE GEMME LIVRES

Aller au contenu

Menu principal :

Etapes d'un livre

Animations




COMMENT NAISSENT LES LIVRES ?



Les différentes étapes d'un livre, de l'écriture à la diffusion.

1) l'écriture :

Ecrire un livre demande beaucoup de travail.
Pierre Gemme écrit très rapidement, directement sur l'ordinateur, mais les reprises ensuite sont nombreuses et lui prennent plus de temps que d'écrire le premier jet lui-même. Il fait parfois jusqu'à 10 corrections.

2) l'envoi du manuscrit à différents éditeurs :

L’auteur propose ensuite son manuscrit à plusieurs éditeurs, par voie postale ou par courriel (sous forme de fichier Word ou PDF).
Il doit bien les choisir, car certains éditeurs ne publient que des livres spécialisés dans un domaine bien particulier. Il faut donc connaître ce que produisent les éditeurs à qui on envoie des textes, et pour cela lire leurs livres et parcourir les bibliothèques et les rayons des libraires, pour ne pas se tromper de destinataire !

Les éditeurs doivent bien-sûr lire les manuscrits avant de répondre, et comme ils en reçoivent beaucoup, il faut attendre généralement entre 1 et 6 mois, voire parfois un an, pour savoir si le livre a été retenu ou non.

Si le livre est retenu, l'auteur reçoit un contrat d'éditeur fixant ses droits et ceux de l'éditeur, ainsi que les devoirs respectifs de l'un et l'autre : montant des droits d'auteur, dates à respecter pour les corrections, etc.

3) Les corrections et l'illustration :

Une autre série de corrections "suggérées" par l'éditeur occupe alors Pierre Gemme pendant des heures, des jours, des semaines (fautes, coquilles, ponctuation, erreurs de chronologie dans l'histoire, mise en page etc.). Le regard de l'éditeur et des correcteurs de la maison d'édition est important car souvent, en tant qu'auteur, on ne parvient plus à lire son texte comme une personne extérieure, comme le lira donc le lecteur. On est trop "impliqué" dans l'histoire, le texte fait trop partie de soi.
C'est au cours de cette étape également que l'éditeur donne le livre à illustrer (si c'est un livre illustré). L'illustrateur travaille en collaboration permanente avec l’auteur (par Internet ou téléphone), car les personnages et les environnements doivent être représentés comme l'auteur les a imaginés.

Lorsqu'il ne reste apparemment plus d'erreurs, l'éditeur envoie un BAT (Bon A Tirer) à l'auteur. Il s'agit de la maquette définitive informatisée du livre. L'éditeur a apposé alors un numéro unique permettant d'identifier ce livre et qui est donné par un organisme d'Etat, le numéro d'ISBN. Ce numéro qui est obligatoire figurera sur la couverture du livre. L’auteur, en signant ce document, valide l'expédition du texte chez l'imprimeur. C'est un des moments les plus angoissants, car après cet acte symbolique, il n'y a plus de possibilité de retour en arrière jusqu'à une prochaine édition (réédition). Ce qui veut dire que l'on ne peut plus revenir sur le texte et que s'il reste une erreur, des centaines de personnes la verront.
Une grosse erreur oubliée peut parfois conduire une maison d'édition à la faillite. Par exemple, un très grand éditeur avait un jour sorti un livre avec une énorme faute d'orthographe dans... le titre. Le livre de plusieurs centaines de pages avait pourtant été corrigé et recorrigé par des dizaines de personnes, mais aucune n'avait vu cette énormité sur la couverture. Il a alors fallu retirer tous les exemplaires de chez les libraires et les envoyer au pilon (destruction).


4) l'impression du livre :

L'éditeur envoie ensuite le manuscrit à un imprimeur qui, lorsqu'il a terminé son travail, lui adresse tous les livres imprimés et reliés.
Pierre Gemme reçoit les premiers exemplaires (entre 5 et 30 selon le contrat), offerts par la maison d'édition. C'est alors une très grande émotion que de voir le livre complètement achevé.

5) La distribution et la diffusion du livre :

L’éditeur passe alors par un distributeur et un diffuseur qui vont faire, pour l'un la publicité du livre, et pour l'autre la distribution des exemplaires dans les librairies, sur Internet, dans les grandes surfaces. Ces deux opérations coûtent très cher, et parfois l'éditeur préfère faire ce travail lui-même.

6) La promotion du livre :

Le travail de l'auteur et de l'illustrateur ne s'arrête pas là. Il faut maintenant aller "défendre" ce livre un peu partout. Le présenter, en parler, faire des dédicaces et des signatures.
• Il faut notamment l'envoyer à la presse et aux radios. C'est le travail de l'éditeur, mais également de l'auteur, car souvent seul ce dernier connaît les médias de sa région. Lorsque des articles paraissent sur un livre, cela permet de mieux le vendre.
• Pierre Gemme doit aussi se rendre sur des salons du livre dans sa région et à travers toute la France pour présenter ses ouvrages et parler avec les lecteurs. C'est un moment enrichissant et passionnant, car c'est à travers ces échanges que l'auteur trouve aussi des idées pour ses prochains romans. Les critiques émises au cours de ces rencontres, permettent également de mieux cerner ce qui pourrait intéresser les lecteurs à l'avenir en termes d'écriture.
• Il y enfin les séances de dédicaces dans les librairies.

La naissance d'un livre est donc un travail vraiment commun entre l'auteur,  l'illustrateur et l'éditeur. Sans une bonne entente et un total investissement des différents partenaires, le livre ne restera qu'un bloc de papiers sur une étagère qui n'ira jamais à la rencontre d'un quelconque lecteur. Dommage...




  

 
Retourner au contenu | Retourner au menu