L'ivoire de mammouth - PIERRE GEMME LIVRES

Aller au contenu

Menu principal :

L'ivoire de mammouth

Le secret des Lapons

L'ivoire de mammouth


En 1989 a été votée, à Lausanne, la première loi concernant l'ivoire. On abattait alors cent mille éléphants par an pour prélever leurs défenses. Malgré l'interdiction officielle de la chasse à l'éléphant dans les pays d'Afrique, le commerce de l'ivoire n’a pas cessé. « L’or blanc » attire toujours la convoitise des hommes. Les trafiquants se sont alors rabattus sur ces mammouths que l'on trouve par centaines dans nos régions et en Sibérie. Il faut dire que c'est beaucoup plus rentable et bien moins dangereux ! Les incisives hypertrophiées du mammouth peuvent atteindre cinq mètres. Elles sont deux à trois fois plus longues que celles de nos éléphants actuels, une aubaine, vous pensez ! Débité, ce matériau est transporté clandestinement dans les tailleries de Hong-Kong et de Singapour. Là, il est transformé en statuettes et celles-ci sont ensuite vendues, vous l'aurez aisément deviné, comme antiquités ! L'ivoire jauni par l'âge est idéal pour alimenter la fabrication de faux et de copies sur lesquels se ruent des amateurs, parfois très éclairés.



Exemple de statuette constituée de fragments de mammouth ( ici, une scène de chasse préhistorique taillée dans l'ivoire, et représentée dans une vertèbre de mammouth, oeuvre d'un artiste russe).



Fragment d'ivoire trouvé au fond de la Mer Baltique. On observe un coquillage contemporain qui s'est logé dans une enfractuosité de l'ivoire.


Dent de jeune mammouth (origine U.S.A.)


Molaire de mammouth adulte (Mer Baltique).




Dent de B.B. mammouth.




Des poils de mammouth récupérés sur un cadavre trouvé dans le permafrost russe.Le permafrost est une épaisse couche de terre gelée propre aux pays très froids. Celui-ci est en train de fondre à cause du réchauffement climatique.


























 
Retourner au contenu | Retourner au menu