Le monde de Coralis - PIERRE GEMME LIVRES

Aller au contenu

Menu principal :

Le monde de Coralis

Chroniques de Coralis


LES CORAUX



Le corail (autrefois considéré comme "une pierre arborescente") est en fait un animal de l'embranchement des Cnidaires (le même embranchement que les méduses). Les coraux vivent généralement en colonies d'individus qui sont des « super-organismes ». Les individus sont nommés « polypes ». Chaque polype sécrète son propre exosquelette (près de la base et tout au long de sa vie) ; selon les espèces, cet exosquelette est dur (à base de carbonate de calcium), ou mou et protéinique. Chaque colonie forme ainsi un « squelette colonial » plus important et durable, dont la forme est propre à l'espèce, à partir de minéraux prélevés dans l'océan. Les coraux durs, « constructeurs de récifs », ont formé par accumulation de ces squelettes durs des récifs coralliens dont certains sont devenus les plus grandes structures complexes connues créées par les organismes vivants (les grandes barrières de corail).

De nombreux coraux vivent en symbiose avec des végétaux unicellulaires : les zooxanthelles dans les mers chaudes, ou d'autres espèces de phytoplancton dans les mers froides. Car contrrairement à l'idée répandue, il n'y a pas que des coraux sous les Tropiques et dans les mers chaudes, mais également dans les mers froides (Atlantique notamment).

Depuis quelques décennies, les populations de corail se dégradent, probablement en raison du changement climatique, de la pollution et de la surpêche qui pourraient avoir développé la susceptibilité des coraux aux maladies. Plus de vingt maladies des coraux différentes ont été récemment décrites, seule une poignée d'entre elles sont comprises et ont des agents pathogènes isolés et caractérisés.

La reproduction du corail est complexe. De nombreux coraux tropicaux présentent la particularité d'avoir une reproduction annuelle synchrone.

L'émission au même moment d'une grande quantité de spermatozoïdes et d'ovules dans l'eau constitue une ressource alimentaire pour les nombreux animaux (filtreurs notamment) qui s'en nourrissent.

Ce cycle annuel est calé sur le cycle lunaire

Seuls le corail rouge (Corallium rubrum) et le corail du Japon (Corallium japonicum) sont utilisés en bijouterie.

Le prix très élevé du corail rouge en joaillerie a entraîné une disparition presque totale de corallium rubrum sur les côtes françaises et italiennes à des profondeurs de moins de 10 m. Si l'espèce est aujourd'hui protégée, la lenteur de sa croissance n'a pas encore permis une recolonisation significative, d'autant que la pêche illégale est encore florissante, notamment en Corse.

Le corail est présent sur la Terre depuis des milliards d'années. Il a peu évolué et on retrouve à peu près les mêmes espèces de nos jours. C'est sur ce mystère et la faculté de bâtir presque "intelligemment" des structures en dur que se base l'intrigue de "Chroniques de Coralis".

Ci-dessous, exemples de coraux actuels. Les coraux ont des couleurs vives dans la nature, mais une fois morts, ils blanchissent. On ne doit pas ramasser de coraux ni vivants, ni morts. En effet les coraux morts servent de base à la reconstruction des colonies.

CORAUX VIVANTS



Les échantillons présentés ci-dessous ont été rapportés par d'anciens voyageurs du siècle dernier qui ne connaissaient pas encore les interdictions actuelles.


CORAUX MORTS

CORAUX FOSSILISES

 
Retourner au contenu | Retourner au menu